Qu’est-ce qu’un PCDN

Dans la foulée de Rio et après une première expérience menée par la Fondation Roi Baudouin, le SPW proposa aux communes wallonnes un programme de sauvegarde de la biodiversité à l’occasion de l’Année Européenne de Conservation de la Nature en 1995.

Le Plan Communal de Développement de la Nature est un outil proposé aux communes pour organiser de façon durable la sauvegarde et le développement de la diversité naturelle et paysagère au niveau communal, tout en tenant compte du développement économique et social de la collectivité.

Le PCDN implique une étroite concertation avec tous les acteurs locaux, et aussi d’avoir réalisé un diagnostic du Réseau écologique.

Le réseau écologique peut être défini comme l’ensemble des habitats (milieux) susceptibles de fournir un milieu de vie temporaire ou permanent aux espèces animales et végétales, et permettant d’assurer leur survie à long terme.

Il est constitué de :

  •      Zones centrales (milieux riches, protégés), dans lesquelles la conservation de la nature est prioritaire sur les autres fonctions. On y distingue les Zones Centrales caractéristiques (ZCc) et les Zones Centrales restaurables (ZCr) ;
  •      Zones de développement, dans lesquelles la zone de végétation joue un rôle « tampon » entre les ZC et/ou dans laquelle la conservation  des espèces et de leur biotope est le coproduit d’une exploitation économique et donc compatible avec les activités humaines moyennant certaines précautions ou aménagements;
  •     Zones de liaison, « couloir » ou élément présentant une structure rectiligne ou ponctuelle permettant les échanges et les migrations des espèces entre les ZC et/ou les ZD.

Cette approche permet d’envisager la conservation de la nature, non plus seulement dans les sites protégés, mais sur l’ensemble du territoire.
La nature fait partie de notre cadre de vie : elle est présente dans les jardins, le long des routes et des cours d’eau, … Le PCDN aura dès lors une réflexion et une action intégrant l’ensemble du territoire.
Il s’agit donc d’élargir les notions de protection et de conservation de la nature, en s’intéressant à l’ensemble des milieux pouvant accueillir la faune et la flore sauvages.

Ce Plan met donc en œuvre deux approches essentielles et complémentaires : un état des lieux du patrimoine naturel sur l’ensemble du territoire communal et la mise en place d’une dynamique d’actions reposant sur une participation citoyenne. Il contient au moins deux piliers : la concrétisation de projets avec les acteurs concernés et la sensibilisation continue de l’ensemble de la population.